Actions

Récits contextualisés autour d'Algolit

From Algolit

Revision as of 14:54, 28 March 2019 by Manetta (talk | contribs) (Reverted edits by Manetta (talk) to last revision by An)
(diff) ← Older revision | Latest revision (diff) | Newer revision → (diff)

Pourquoi des récits contextualisés?

Lors des réunions mensuelles d'Algolit, nous étudions des manuels et expérimentons avec des outils d'apprentissage automatique pour le traitement de texte. Et nous partageons aussi beaucoup, beaucoup d'histoires. Avec la publication de ces histoires, nous espérons recréer un peu de cette atmosphère. Les histoires existent également sous forme de podcasts qui peuvent être téléchargés à partir du site http://www.algolit.net.

Pour les non-initiés, les algorithmes ne deviennent visibles dans les médias que lorsqu'ils se révèlent capables d'une performance exceptionnelle, comme l'Alpha Go, ou quand ils se trompent d'une façon terrifiante et fantastique. Cependant, les humains qui travaillent dans le domaine, créent leur propre culture. Ils partagent les meilleures histoires et expériences lors de réunions en direct, des conférences de recherche et des compétitions annuelles comme celle de Kaggle. Ces histoires qui contextualisent les outils et les pratiques peuvent être drôles, tristes, choquantes, intéressantes.

Beaucoup d'entre elles abordent des cas d'apprentissage par l'expérience. La mise en œuvre des algorithmes dans la société génère de nouvelles conditions de travail, de stockage, d'échange, de comportement, de copie et de collage. En ce sens, les histoires contextuelles captent un élan dans une histoire antropo-machinique plus large. Elle est écrite à toute vitesse et par de nombreuses voix.

Nous créons des œuvres 'algolittéraires'

Le terme 'algolittéraire' vient du nom de notre groupe de recherche Algolit. Nous existons depuis 2012 en tant qu’initiative de Constant, une organisation oeuvrant dans les médias et les arts basée à Bruxelles. Nous sommes des artistes, des écrivains, des designers et des programmeurs. Une fois par mois, nous nous rencontrons pour étudier et expérimenter ensemble. Notre travail peut être copié, étudié, modifié et redistribué sous la même licence libre. Vous trouverez toutes les informations sur le site http://www.algolit.net.

L'objectif principal d'Algolit est d'explorer le point de vue du conteur algorithmique. Quelles nouvelles formes de narration rendons-nous possibles en dialoguant avec ces agents machiniques ? Les points de vue narratifs sont inhérents aux visions du monde et aux idéologies. Don Quichotte, par exemple, a été écrit d'un point de vue omniscient à la troisième personne, montrant la relation de Cervantes à la tradition orale. La plupart des romans contemporains utilisent le point de vue de la première personne. Algolit souhaite parler au travers des algorithmes et vous montrer le raisonnement de l'un des groupes les plus cachés de notre planète.

Écrire dans ou par le code, c'est créer de nouvelles formes de littérature qui façonnent le langage humain de façon inattendue. Mais les techniques d'apprentissage automatique ne sont accessibles qu'à ceux qui savent lire, écrire et exécuter du code. La fiction est un moyen de combler le fossé entre les histoires qui existent dans les articles scientifiques, les manuels techniques, et les histoires diffusées par les médias, souvent limitées aux reportages superficiels et à la fabrication de mythes. En créant des œuvres algolittéraires, nous offrons aux humains une introduction aux techniques qui co-modèlent leur vie quotidienne.

Qu'est-ce que la littérature ?

Algolit comprend la notion de littérature comme beaucoup d'autres auteurs expérimentaux : elle inclut toute la production linguistique, du dictionnaire à la Bible, de l'œuvre entière de Virginia Woolf à toutes les versions des Conditions d'utilisation publiées par Google depuis son existence. En ce sens, le code de programmation peut aussi être de la littérature. Le collectif Oulipo, acronyme d'Ouvroir de Littérature Potentielle, est une grande source d'inspiration pour Algolit. Oulipo a été créé à Paris par les écrivains Raymond Queneau et François Le Lionnais. Ils ont ancré leur pratique dans l'avant-garde européenne du XXe siècle et dans la tradition expérimentale des années 60. Pour Oulipo, la création de règles devient la condition permettant de générer de nouveaux textes, ou ce qu'ils appellent la littérature potentielle. Plus tard, en 1981, ils ont également créé ALAMO - Atelier de Littérature Assistée par la Mathématique et les Ordinateurs.

Une différence importante

Alors que l'avant-garde européenne du XXe siècle poursuivait l'objectif de rompre avec les conventions, les membres d'Algolit cherchent à rendre les conventions visibles.

J'écris : Je vis dans mon journal, je l'investis, je le traverse. (Espèces d'espaces. Journal d'un usager de l'espace, Galilée, Paris, 1974)

Cette citation de Georges Perec dans Espèces d'espaces pourrait être reprise par Algolit. Il ne s'agit pas des conventions de la page blanche et du marché littéraire, comme Georges Perec l'a fait. Nous faisons référence aux conventions qui restent souvent cachées derrière les interfaces et les brevets. Comment les technologies sont-elles conçues, mises en œuvre et utilisées, tant dans les universités que dans les entreprises ? Nous proposons des histoires qui révèlent le système hybride complexe qui rend possible l'apprentissage automatique. Nous parlons des outils, des logiques et des idéologies derrière les interfaces. Nous examinons également qui produit les outils, qui les met en œuvre et qui crée et accède aux grandes quantités de données nécessaires au développement de machines de prédiction. On pourrait dire, en un clin d'œil, que nous sommes les collaborateurs de cette nouvelle tribu d'hybrides humain-robot.